Héros de l’Olympe – Le Héros Perdu


Les Héros de l’Olympe
, par Rick Riordan
Tome 1 – Le Héros Perdu
Editions Albin Michel,
collection Wiz

————-

Quatrième de couverture :

Lorsque Jason, Piper et Léo arrivent à la Colonie des Sang-Mêlé, le seul refuge pour les enfants demi-dieux, ils croient enfin être en sécurité. Pourtant, autour d’eux, le climat est à la guerre. Les demi-dieux s’entraînent au tir à l’arc avec des flèches enflammées et des explosifs. Et la rumeur d’une terrible malédiction court d’un demi-dieu à l’autre.
Pire encore : Jason, Piper et Léo sont les élus d’une dangereuse quête qui doit être accomplie avant le solstice d’hiver. Le trio a quatre jours pour délivrer Héra et empêcher la malédiction de se réaliser…

Mon avis :

Cette nouvelle saga des Héros de l’Olympe fait suite à la série des Percy Jackson. Toutefois, la lecture de cette dernière n’est pas obligatoire. Même univers, mais nouveaux héros, et nouvelle quête…

Nous découvrons dans ce premier tome trois nouveaux demi-dieux, Jason, Piper et Léo. Le premier élément qui peut surprendre, c’est le type de narration choisie. En effet chaque chapitre présente le point de vue de l’un de ces héros, tout en restant à la troisième personne. On peut donc s’interroger sur l’utilité de toujours préciser en début de chapitre « Jason, Jason, Piper, Léo, Piper… » Certes, au début, le changement constant peut décontenancer, mais une fois qu’on a compris le principe, on s’y fait vite.

Un autre point me laisse à penser que l’auteur prend son lecteur pour un simple d’esprit, et ce point, même si j’ai beaucoup apprécié le livre, me laisse un goût assez amer. Il faut les deux tiers du livre aux héros pour comprendre qui est leur ennemie alors qu’il y a tellement d’allusions faire dans tout l’ouvrage que ça se devine très vite. Et forcément, quand ils le comprennent, c’est à un moment critique, genre la révélation théâtrale. Ben oui, mais non.

On retrouve ce même effet théâtral raté dans le tout dernier paragraphe de l’ouvrage. Depuis le début de l’histoire, l’auteur insiste sur la disparition de Percy Jackson et on comprend vite qu’il nous faudra attendre la fin de l’ouvrage pour comprendre ce qu’il lui est arrivé, parce que c’est pour l’instant secondaire par rapport à l’intrigue principale. Et en effet, on le comprend lors de la visite de Héra dans le bungalow un. Mais au lieu que ce soit dit clairement, il faut attendre ce fameux dernier paragraphe, qui laisse un amer goût d’inachevé à l’ouvrage. À mon sens, il aurait été bien plus judicieux de faire une ouverture plutôt que de terminer le roman d’un grand « clac » qui n’a vraiment pas l’effet recherché…

Qu’à cela ne tienne, malgré tous ces points négatifs, je garde une très bonne impression de cette histoire dont j’apprécie toujours autant l’univers, l’humour et la dérision durant les combats parfois un peu trop faciles. Cela reste un bon livre, à lire pour se divertir et passer un agréable moment.

Maintenant, plus qu’à attendre 2012 pour la suite…

Note :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s