Les Hérauts de Valdemar – Tome 1

Les Hérauts de Valdemar

Tome 1 – Les Flèches de la Reine

Éditons Milady (2008)

Quatrième de couverture : À treize ans Talia sera bientôt mariée de force et devra se comporter en épouse docile. Pourtant, son esprit est rempli de légendes au sujet des Hérauts de Valdemar et elle ne souhaite qu’une chose : échapper à cette servitude. Aussi pense-t-elle vivre un rêve lorsqu’elle croise la route d’un Compagnon, un de ces chevaux légendaires qui choisissent les Hérauts. Et lorsqu’elle s’engage à le suivre, elle ne se doute pas des implications et du lien qui les unit désormais… Car Rolan n’est pas un Compagnon ordinaire, et en choisissant la jeune fille, il l’a chargée d’une tâche bien lourde : celle de veiller sur la petite princesse héritière, Elspeth. Et cette tâche s’avèrera très dangereuse, car le royaume compte beaucoup d’ennemis prêts à pousser à la folie et même à tuer celle qui doit devenir le Héraut Personnel de la Reine.


Mon avis : Les Flèches de la Reine est une histoire fort sympathique.

Toutefois, je commencerai par un coup de gueule à l’encontre de l’éditeur : il y a tellement de coquilles dans l’exemplaire que j’ai eu entre les mains que j’avais l’impression de lire un texte amateur sur internet. Beaucoup de points oubliés ou en doubles exemplaires, des tirets de dialogues quand il en fait pas, et oubliés quand il en faut, des majuscules injustifiées en plein milieu de phrases, « de un » au lieu « d’un », « pas » au lieu de « par ». C’est un véritable de sagouin ! Et, inévitablement, cela m’a gâché le plaisir de la lecture.

Poursuivons sur le style à présent : il est très simple sans être « pauvre », idéal pour des jeunes lectrices d’environ 11-12 ans (bien qu’en librairie, il soit placé au rayon Fantasy pour adulte au lieu d’être parmi les livres pour adolescents). Je regrette toutefois l’abus de narration au passif lorsque l’auteur souhaite résumer des évènements, des pensées… Évidemment, s’il n’y avait pas tous ces résumés, l’histoire ferait facilement 400 pages, mais à force, on finit par s’ennuyer. Personnellement, je commençais à sérieusement saturer sur la fin.

Autre point décevant, cette fois au niveau des péripéties : les actions s’enchainent les unes après les autres alors qu’il aurait été plus captivant, voir plus logique chronologiquement parlant de les mélanger. Après tout, la Reine avait annoncé à Talia ce qui l’attendait, ça aurait été logique que tout lui tombe dessus en même temps. Mais non. Au lieu de ça, on commence par le harcèlement des Bleus. Résolution du problème. On enchaine avec une Talia qui s’intéresse subitement à la Reine qu’on n’avait plus vue depuis longtemps. Et enfin, encore après, « oh mince, j’ai oublié qu’il fallait que je m’occupe de la Furie ! » Décidément non, ce n’est pas des plus crédible…

Enfin, je conclurai sur la fin de l’histoire, encore un point que j’ai trouvé décevant. Depuis l’instant où Rolan a débarqué dans la vie de Talia, on était en droit de s’attendre à ce qu’à la fin, elle enfile enfin ses habits de Hérauts. Mais non, même pas une petite phrase, rien, nada, que dalle. Pourtant, c’était le rêve le plus cher de l’héroïne, et en tant que lectrice, j’aurai vraiment voulu assister à ça ! C’est un véritable vide qui est ainsi laissé à la fin du livre.

Note :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s