L’orthographe

En ce moment, sur le forum d’HPF, la discussion tourne autour sur l’orthographe et de la baisse du niveau chez les élèves. Bien sûr, nous, on n’était pas là pour voir vraiment comment c’était « avant ». Il n’empêche que tout le monde en parle et que des études ont été menées, suffisamment sérieuses pour être relayées dans les journaux – exemple de cet articledaté de 2007. Bien sûr, on peut aussi évoquer les résultats des évaluations imposées de façon désormais annuelle aux classes de CE1 et de CM2.On a tous eu un jour un prof qui nous a fait sauter des points parce qu’on n’a pas pris le temps de relire notre copie. Chez nous, les BTS Éditions, on a droit régulièrement à la rengaine de « l’orthographe c’est important », avec menace de faire sauter quatre points à l’examen s’il y a trop de fautes dans nos copies. Je déteste ce principe car je fais moi-même beaucoup de fautes, mais après tout, oui, c’est vrai que pour nous, c’est encore plus important.

C’est pour ça que je ris jaune ces derniers temps.

Déjà, sur la masse de réponses que j’ai pu recevoir par mail des éditeurs, il y en avait qui ne faisaient même pas l’effort de mettre des majuscules en début de phrases. Forcément, les réponses ayant toujours été négatives, il y a des fois où je me suis franchement sentie insultée.

Et puis il y a les livres aussi. Quand j’étais petite, ma mère me disait : « Pour l’orthographe lis des livres, tu ne trouveras jamais la moindre faute ». Ayant une mémoire visuelle, c’est vrai que ça m’a beaucoup aidé. Mais le temps passant, je remarque de plus en plus de coquilles entre leurs pages.

Est-ce que c’est moi qui fais plus attention ? Est-ce que c’est les éditeurs qui vont trop vite et qui ne font pas relire comme il faut ? Notre prof d’édition nous racontait l’autre fois une anecdote comme quoi elle avait vu un maquettiste modifier un titre en y ajoutant une faute et qu’il fallait toujours se montrer vigilant à tous les niveaux.

En attendant, j’ai dans ma bibliothèque un Stephen King – aux Éditions Pocket – qui comporte au moins trois coquilles. Le Milady dont je parlais dans un article précédent. Et actuellement je suis en train de livre des Éditions Harlequin qui contient pour l’instant deux coquilles (un tiret de dialogue et un mot oubliés).

Ce serait de petites maisons avec très peu de moyens financiers et une seule personne qui fait tout, je ne dis pas. Mais tout ça, c’est des grandes maisons qui ont pourtant les moyens. Alors si maintenant on ne peut même plus leur faire confiance à eux, où va-t-on…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s