Chroniques : double tranchant

Ce matin j’ai envie de réagir à des propos que je vois de temps en temps sur d’autres blogs ou forums. Cela concerne les personnes qui, lorsqu’une Chroniqueuse déclare qu’elle n’a pas aimé un livre, répondent que c’est trop dommage, elles l’auraient bien lu, mais du coup, elles préfèrent renoncer.

Bon, déjà, si vous vous sentez concerné parce que c’est votre manière de faire, j’espère que vous ne prendrez pas mal ce que je vais dire. Je ne cherche pas à blesser qui que ce soit.

Mais je voulais souligner que le fait d’aimer ou de ne pas aimer un livre relève de notre sensibilité personnelle. C’est quelque chose qu’on ne peut pas discuter et surtout, qu’on ne peut pas imposer. Ce que je veux dire, c’est que ce n’est pas parce que notre chroniqueuse préférée n’a pas aimé que nous, on n’aimera pas. Nous ne sommes pas elle, elle n’est pas nous.

Les chroniques, c’est forcément quelque chose de subjectif, quoi qu’on dise, quoi qu’on fasse. On peut trouver un personnage fade, tandis que le voisin sera complètement sous le charme. On peut ne pas aimer le style et le voisin l’adorer.

Je sais qu’avec la masse de livre qu’il y a lire, il faut bien faire un choix. Et c’est bien normal de se tourner vers les chroniques pour essayer d’en savoir plus. Faire le bon choix, ce n’est pas facile ! Mais je crois que le plus important dans une chronique, ce n’est pas l’avis final (le coup de cœur, l’avis mitigé, ou a détesté). Ce qui compte vraiment, c’est de comprendre pourquoi la personne a cet avis-là, et se demander si les arguments avancés vont nous plaire ou au contraire nous repousser.
Personnellement, quand une personne émet un avis – en particulier s’il est négatif mais que le livre fait parti de ma wish – cela va titiller ma curiosité, et je vais lire juste pour me faire ma propre opinion. Pour les avis positifs, c’est plus délicat, mais j’arrive quand même à me détacher suffisamment des chroniques que j’ai lues pour ne pas risquer d’être déçue si jamais il m’arrivait de ne pas partager leur engouement. J’avoue que des fois j’ai un peu peur qu’une chronique fausse ma vision du livre, et qu’à la lecture, j’ai un autre sentiment que celui que j’aurais eu si je ne l’avais pas lu. Mais bon, ça, on n’y peut rien !

Bref, tout ça pour dire, que je ne conseille pas de prendre les chroniques pour des paroles de stricte vérité, mais plutôt de prendre un peu de recul. Si ça vous fait envie, lisez ! Et faites-vous votre propre opinion.

Publicités

3 réflexions sur “Chroniques : double tranchant

  1. En même temps, si les opinions ne sont pas un minimum communicables, à quoi cela sert-il de les exprimer tout court ? J’ai également déjà vu le genre de commentaires que tu mentionnes, et je pars toujours du principe que la personne a une bonne raison de le faire, c’est-à-dire qu’elle s’est découvert des goûts très proches de la chroniqueuse en question. Ce n’est pas comme si on cherchait « chronique du livre » dans Google ; là d’ailleurs le choix serait ardu, car aucun livre ne fait jamais l’unanimité.

    Je suis d’accord que le plus important à prendre en compte sont les raisons et arguments qui justifient l’avis de la chroniqueuse, et pas nécessairement son ressenti final. C’est pourquoi à l’époque où j’écrivais des chroniques sur mon blog, je ne notais jamais ; je préférais discuter du livre et de certaines questions qu’il avait soulevées pour moi (il y en avait toujours beaucoup, le privilège de la romance, je crois). Il m’arrivait du coup de passer du temps à critiquer un détail, juste parce que le sujet était intéressant, ou d’omettre complètement un aspect du livre dont je n’avais pas envie de parler.

    • Je pense comme toi Asia Morela 🙂
      Bien souvent, on a de goûts communs avec la/le chroniqueur/se, on ne peut donc que réagir face à un billet qu’on pourrait presque jugé d’humeur puisque finalement action/réaction ne sont forcément que subjectives. D’ailleurs, si le/la même chroniqueur/se vante un livre, tu peux être sûre que je vais voir de quoi il en retourne.
      Evidemment, ce genre de réaction ne se définit pour moi qu’avec une poignée de bloggeurs dont je me sens très proches et non pas avec la bloggosphère entière.
      Même si c’est très généraliste dit comme ça, heureusement il faut de tout pour faire un monde 😉
      Le plus important à mes yeux comme tu le stipules Agathe, c’est de trouver le juste milieu, de ne pas tout prendre pour argent comptant et de faire aussi sa propre opinion.

  2. Vous avez tout dit ^^
    Sinon, c’est vrai que noter, je ne le fais plus trop non plus. Relever les points négatifs est bien plus facile que d’expliquer le plaisir que j’ai eu à lire, et il m’arrive de devoir retravailler les chroniques parce que finalement, en relisant, ça donne l’impression que je n’ai pas aimé :/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s