Animorphs

A gauche : édition de 1997 / A droite : édition de 2012

Hier, en me baladant dans les rayonnages d’une librairie, je suis tombée sur les deux premiers tomes d’Animorphs. Quelle ne fut pas ma surprise de constater que cette vieille série était rééditée quinze ans plus tard !

N’ayant pas relu les tomes, je ne vais pas faire une vraie chronique, mais j’ai quand même envie d’en parler, parce que c’est une série qui a marqué mon enfance. Tout d’abord, de quoi s’agit-il ? Jack, Rachel, Tobias, Cassie et Marco sont cinq adolescents sans histoires qui ne demandent qu’à vivre tranquillement avec leurs soucis d’ados. Mais leur vie bascule le jour où, alors qu’ils rentraient chez eux en traversant un chantier abandonné, un vaisseau extraterrestre se pose juste sous leur nez. L’alien qui en sort, un Andalite mourant nommé Elfangor, les prévient que la Terre court un grave danger : les Yirks, ennemis jurés des Andalites, ont déjà commencé à envahir la planète. Et ce, de manière totalement invisible puisqu’il s’agit d’une espèce parasite qui s’introduit dans la tête des gens pour contrôler leur corps… Les Andalites viennent d’être vaincus et Elfangor lui-même n’est plus en état de se battre. Le désespoir le pousse alors à léguer un pouvoir extraordinaire aux adolescents : celui de prendre l’apparence de n’importe quel animal.

Il est clair que le concept de cette série n’a rien d’extraordinaire ni d’original. Rien que l’idée d’aliens prenant le contrôle des corps des gens a déjà été souvent vue – dans Stargate, par exemple, pour citer une série télévisée datant de la même époque.

Le style non plus n’a rien de génial. Il est simple, et les histoires sont très courtes. Chaque tome est raconté par un personnage différent, toujours dans le même ordre et les intrigues ne s’embarrassent pas de détours. Bref, ce sont des histoires claires et concises, parfaites pour les enfants et préadolescents – c’est d’ailleurs à cette époque que j’ai découvert cette série.

Mais tout ce que je dis là, c’est avec le recul de la lectrice avertie qui a grandi et avalé de nombreux livres depuis lors. À l’époque, cette série m’a profondément chamboulée, me transportant dans cet univers fabuleux, en rêvant d’être avec les héros.

Je ne sais pas si rééditer cette série est réellement une bonne idée. Plus de quinze ans ont passé, est-ce que les enfants et préados d’aujourd’hui vont accrocher ? Est-ce que Gallimard va vraiment rééditer les 48 tomes, plus tous les hors série ? Sachant qu’en plus, tous les tomes n’ont pas été traduits en français parce que déjà à l’époque cela s’essoufflait sur la fin…

En tout cas, je suis septique devant les nouvelles couvertures. L’idée de l’hologramme est sympa, mais je préférais le filigrane qu’il y avait sur le bas des pages de la première édition et qui permettait de créer une amination en les faisant défiler très vite – j’ai perdu le nom de ce procédé… Et purée, le prix ! Dans mon souvenir, chaque livre était vendu environ 30 francs. Maintenant c’est 10€, soit 65F… C’est dans ce moment là que je réalise vraiment à quel point les livres sont devenus chers… (Ça, c’était pour la minute « Mamie s’égare »)

Bref, avec la mode actuelle de la dystopie, qui est une forme de SF, qui sait, ça peut peut-être prendre. En tout cas, je le souhaite, car même si ce n’est pas une série révolutionnaire, elle reste quand même bonne, et je souhaite à tous ceux qui ouvriront ces livres de les apprécier autant que je l’ai fait.

Publicités

6 réflexions sur “Animorphs

  1. Moi aussi je me rappelle bien de ces livres ! 😀 Même si je n’en ai jamais lu… Une forme de SF qui ne m’attirait pas vraiment à l’époque, j’imagine.

    J’ignore effectivement à quel point les jeunes d’aujourd’hui vont accrocher à un univers nécessairement daté (en même temps, nous lisions bien Le club des cinq, Alice et autres séries elles aussi bien plus vieilles que nous !). D’un autre côté, j’ai l’impression que c’est toujours plus facile de rééditer que de chercher de nouveaux auteurs, de nouvelles séries. Peut-être que cela ne coûte pas grand chose à Folio, qui se dit que n’importe quel succès qu’ils rencontreront sera du bonus… L’avantage de la littérature jeunesse, c’est aussi que le public se renouvelle constamment. Leur lectorat n’a nécessairement jamais entendu parler d’Animorphs (ils n’étaient pas nés), alors ils ne peuvent que découvrir !

    • En parlant du Club des Cinq, de réédition et d’univers daté, ça me rapelle la polémique qu’il y a eu par rapport à la nouvelle traduction (transposition au présent, disparitions de certaines marque d’époque, descriptions tronquées…) Le but, aparemment, aurait été de rendre la série intemporelle pour que chaque génération puisse la lire. L’idée n’est pas forcément mauvaise, mais quand on lit l’avant et l’après… ouch !

  2. Ohlala, j’étais fan de cette série ! Je les avalais très vite… Mais je n’ai jamais lu la fin (a-t-elle au moins été publiée un jour ?). Boudoir, je trouve aussi que les nouvelles couvertures sont moches. C’est marrant, cet été, je suis retournée au bercail et il y avait toute ma série, là, dans ma bibliothèque. Même si le style n’était pas transcendant, l’histoire m’a tenu en haleine. D’ailleurs, ils vont être pretés à un garçon qui lit plus vite que son ombre. J’espère effectivement que les livres n’auront pas trop vieilli. J’ai aussi les deux premiers tomes en format numérique, on verra ce que ça donne en relecture… Des années après 😀

    • Oui, il y a eu une fin publiée, dans laquelle tout partait en vrille. Je ne l’ai pas beaucoup aimée, je dois dire… Ca devenait trop mélodramatique et très too much^^

      • Je viens de regarder, 48 bouquins… Je crois que je me suis arrêtée au 34 si je me fie à mes souvenirs de couverture. Si j’avais lu le 36 je m’en souviendrais car la couverture représente Jake entrain de se transforme en orque (et que j’adore les orques 😉 (t’aimes, hein, quand je te raconte ma vie :D)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s