L’étrange pouvoir de Finley Jayne

steampunk1Steampunk Chronicles 1 – L’étrange pouvoir de Finley Jayne
de Kady Cross

Éditeur : Harlequin (Collection Darkiss)
ISBN : 978-2-2802-8588-1
Prix public : 14,10 €

Présentation éditeur :

Londres, 1897. Finley Jayne, seize ans, vit une étrange période. Depuis quelques mois, deux personnalités opposées cohabitent à l’intérieur d’elle. Un problème qui s’aggrave à mesure que son côté sombre, en pleine expansion, l’effraie et lui joue des tours. Elle ne se comprend plus, ne sait d’où lui vient cette force extraordinaire qui est en train de la transformer. Mais une nuit, elle découvre qu’elle n’est pas seule dans son cas : quelque part dans Londres, Griffin, jeune Duc de Greythorne, et ses amis, détiennent comme elle d’étranges pouvoirs… Et ils ont un projet.

Mon avis :

L’histoire se déroule à Londres, à la fin du XIXeme siècle. Finley est sur le point de se faire violer par son employeur, lorsque sa partie sombre décide de ce n’est pas acceptable et laisse Lord Félix sur le carreau après l’avoir sérieusement amoché. La jeune fille n’a d’autre choix que de s’enfuir. Au détour d’un parc, elle est renversée par Griffin, duc de Greythorne, qui la ramène chez lui pour la soigner.

Toute la première partie est consacrée à l’univers et aux personnages de Kady Cross, avec pour seule problématique, l’acceptation de Finley au sein groupe, et les histoires d’amour. Dans une seconde partie, l’intrigue qu’on attendait commence enfin à prendre forme, et la routine laisse place à un peu plus d’action. Bref, en ce qui me concerne, inutile de préciser que j’ai préféré la seconde partie à la première…

Le gros point fort de cet ouvrage, sera, pour moi, son univers, que l’auteur prend soin de nous détailler et de nous expliquer. Kady Cross ne décrit pas seulement ses machines, elle en explique également leur fonctionnement. Et on sent qu’il y a un gros travail de documentation derrière, que ce soit sur le plan historique, ou sur les règles de bienséance. Cela ne l’empêche pas néamoins de prendre un certain nombre de libertés, sur l’habillement de l’héroïne, par exemple.

La point faible que je relèverai, en revanche, restera la romance – ou plutôt les romances. Le fait qu’elle soit assez prévisible ne me dérange pas en soi : un duc richissime, une roturière modeste, on sait comment ça va se terminer. Non, ce qui m’a gêné, c’est que les deux couples que l’on retrouve dans ce roman sont montés exactement sur le même schéma, et dans les deux cas, la fille passe vraiment pour la gourde de service. Bonjour l’image de la femme…

Autre point que je n’aurai pas aimé : cette insistance sur l’importance que chaque personnage ressent à « faire partie du groupe ». « Je ne suis pas des leurs, je vais m’en aller », 5 pages plus loin « Il me souris, je suis des leurs », et encore 5 pages plus loin « Après ce que je viens d’accomplir, cette fois, je suis vraiment des leurs ! ». Oui, c’est bon, on a compris, quoi ! Surtout que quand on voit le crétinisme congénital qui caractérise l’un des personnages, je sais pas, mais moi ça me choque que les autres persistent à le considérer comme un ami…

En résumé

L’étrange pouvoir de Finley Jane vaut le détour pour son univers riche et l’ambiance très steampunk qui s’en dégage. En revanche, l’intrigue met beaucoup de temps à se mettre en place car il est nécessaire de bien poser toutes les bases, et l’action n’arrive finalement que tardivement.

D’autres chroniques

RevelineGalleane

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s