Refus d’éditeur

Quand on est auteur, on a tendance à voir l’édition comme la reconnaissance suprême de notre talent. Après tout, on a été choisi par une personne qui s’y connait en littérature, et qui accepte de miser sur nous. Il y a plus d’un an, j’avais déjà posté un court article pour expliquer que, selon moi, la véritable reconnaissance passe par le public.

Régulièrement, je lis ou j’entends des auteurs qui angoissent à l’idée d’envoyer leur texte à un éditeur ou qui considèrent le refus comme un échec personnel. Donc, aujourd’hui, j’ai envie de parler de toutes les raisons qui peuvent pousser un éditeur à refuser un texte. Liste non exhaustive.

1 – Trop de corrections

Vous avez une bonne histoire, mais voilà, le style est pour le moins bancal, et/ou vous n’êtes pas très doué en orthographe. « Qu’à cela ne tienne ! » vous dites-vous, les maisons d’édition ont des correcteurs pour vous aider à palier à ce problème.

Oui. Mais non. Avec un micro-éditeur tout jeune qui se lance à peine ça pourra peut-être fonctionner (…), mais dites-vous bien que votre éditeur a une maison à faire tourner, et qu’il n’a pas six mois à consacrer exclusivement à vos corrections. C’est donc à vous de trouver une solution pour mettre toutes les chances de votre côté. Par exemple en rejoignant une communauté de bêta-lecture basée sur l’entraide tel que Cocyclic.

Conseil : Avant tout envoi à un éditeur, soyez SÛR que votre texte est le plus abouti possible. (On ne le répètera jamais assez.)

2 – Le roman n’a pas séduit

Vous avez un bon style, une histoire accrocheuse, mais voilà, on vous envoi quand même un refus… « WTF ? » pensez-vous.

Il serait naïf de croire que le choix d’un éditeur se fait de manière totalement objective et rationnelle. D’ailleurs, nombre d’entre eux comme le Chat Noir reconnaissent ouvertement fonctionner au coup de cœur. Si la petite étincelle ne prend pas, il est possible que votre texte soit laissé de côté au profit d’un autre.

Dans ce cas-là, c’est toujours très délicat : les goûts et les couleurs, ça ne se commande pas. Si votre histoire n’a pas réussi à plaire, vous n’y pouvez pas grand chose. Toutefois, avec un peu de chance, l’éditeur motivera son refus et vous détaillera les raisons pour lesquelles il n’a pas accroché.

Mon conseil : Ne baissez simplement pas les bras. Si c’est uniquement une question de goût, vous finirez bien par trouver un éditeur un jour. (Et j’insiste sur le « uniquement » : il y a rarement une seule raison à un refus.)

3 – Le texte ne correspond pas à l’esprit de la maison, voir est carrément hors ligne éditoriale

Votre roman est terminé, prêt à être envoyé. Grâce à Google, vous avez dressé une longue liste d’éditeurs dont vous ignoriez les noms jusque là, et vous envoyez votre manuscrit un peu partout dans l’espoir de multiplier vos chances.

Cette étape de recherche n’est pas à négliger, mais connaissez-vous réellement les maisons que vous contactez ? Une ligne éditoriale ne se limite pas uniquement aux genres publiés par la maison, c’est aussi tout un esprit.

Prenons par exemple les éditions du Petit Caveau. Leur ligne éditoriale : les récits vampiriques. Pourtant vous ne verrez pas chez eux la moindre copie de Twilight.

Mon conseil : Lorsqu’une maison vous intéresse, prenez le temps de lire leurs publications. Pas toutes, bien sûr, une ou deux suffiront largement. Et si vous grimacez rien qu’à l’idée de la fin de mois qui vous attends, essayez de voir s’ils proposent des extraits en ligne. (Au besoin, demandez-leur.)

4 – Planning 2015 : six nouveaux titres prévus, mais pas le vôtre

Vous guêtriez depuis des semaines l’ouverture des soumissions de la maison Trucmuche. Une fois l’envoi fait vous croisez les doigts et priez très fort. Mais pas encore assez…

Vous vous en doutez, lorsqu’une maison rouvre ses envois, c’est la ruée. Malheureusement, à côté de ça, la maison doit faire en fonction de ses moyens. Impossible de publier quatre titres par mois si on n’a pas la trésorerie qui suit derrière. Donc, il n’est pas rare qu’un éditeur se retrouve avec trois ou quatre manuscrits publiables pour un contrat.

Certains éditeurs ont leur méthode pour essayer de ne pas passer à côté de la perle rare malgré cette restriction : publication primo-numérique, ajout des titres sur les planning des années suivantes, etc. Néanmoins, il faut bien faire un choix.

Mon conseil : Ne prenez pas ça comme un échec : vous n’y pouvez rien. Voyez-le comme une victoire : après tout, vous êtes passé à deux doigts. Et puis, essayez d’en discuter avec l’éditeur, on ne sait jamais…

5 – Le facteur relationnel

A l’heure d’internet, beaucoup d’auteurs cherchent à obtenir le maximum d’informations sur telle ou telle maison : quel type de contrat, quelle diffusion, et parfois quelle ambiance.

Là, je vais parler en mon nom. Si pour certains auteurs, il est important de se sentir soutenu par son éditeur, je trouve, en tant qu’éditrice, que l’inverse n’est pas moins vrai. Pour moi, la relation auteur-éditeur doit être basée sur la confiance et le respect. Comment pourrais-je avoir envie de défendre un livre si l’auteur m’exaspère ?

C’est pour cette raison que lorsqu’une décision est prise concernant un manuscrit, j’essaye d’échanger un minimum avec l’auteur, notamment pour savoir si ce que je peux lui apporter correspond à ses attentes, jusqu’où il est prêt à s’investir dans la promo (salons, dédicaces…), etc.

Mon conseil : N’hésitez pas à contacter les éditeurs pour leur poser vos questions ou leur parler de vos projets. Et au besoin, relancez.

title-bg

Comme je le disais plus haut, la liste n’est pas exhaustive. Pensez également qu’il n’y a pas qu’une seule raison qui motive un refus. Et que si votre talent entre en ligne de compte, le facteur chance joue beaucoup lui aussi.

Bref, gardez confiance en vous, c’est le meilleur moyen d’y arriver. 🙂

Publicités

9 réflexions sur “Refus d’éditeur

  1. Et que si votre talent entre en ligne de compte, le facteur chance joue beaucoup lui aussi.

    > Absolument. Le hasard d’une rencontre, le jeu des tendances du moment aussi, les goûts de l’éditeur ou du comité de lecture… Des facteurs au sujet desquels on ne peut rien faire, et qui doivent aussi être pris en considération 😉

    Chouette article 😉

  2. C’est vrai que le refus est toujours un peu difficile à digérer, on y croit tellement ! En tout cas ce billet me rappelle qu’après mon diplôme je vais me relancer dans les corrections et donc, à terme, dans les soumissions. Quelle angoisse ! 😀

  3. Je ne savais pas où poster mon commentaire, alors le voilà sur l’article le plus récent !
    Je viens de dévorer ton blog, ton écriture et son contenu donne envie d’en lire encore et encore. Je ne me lasse pas d’en apprendre davantage au sujet de tout ce qui tourne autour de l’édition et c’est très agréable de pouvoir connaître ton avis sur le BTS Edition de Toulouse ! En général les avis sont donnés sur des forums, donc sont peu complets et sont surtout rébarbatifs, du genre « Oui, en BTS Edition tu feras ça, ça, ça et ça ». En bref, connaître ton point de vue au jour le jour et tes projets à la suite de ce BTS est très enrichissant et ton blog est vachement agréable à lire !
    Bonne continuation =)

      • Non ahah !
        Je suis en première et je commence à me renseigner sur ce que j’aimerais faire à la suite du BAC. Il est vrai que le BTS Edition m’intéresse beaucoup donc j’essaye de glaner des infos par ci par là, surtout sur les quelques établissements qui le proposent.

  4. Bonjour. Je découvre votre blog au hasard de mes pérégrinations et je le trouve bien fait, sobre et efficace. Bravo.
    Je voulais toutefois réagir sur la lettre de refus. En tant qu’auteur, j’ai écrit mes romans et les ai envoyés comme n’importe quel wannabe qui n’a pas de carnet d’adresse avec des VIP de l’édition dedans (en prenant soin de faire mes recherches sur l’éditeur avant, bien sûr). Sans surprise, j’ai reçu nombre de lettre de refus (enfin, dans le meilleur des cas…) et dans 99.9% des cas, il s’agit d’une bête lettre bien générique qui ne permet absolument pas de se classer dans les 5 catégories vous listez. Je sais que prendre le temps de répondre de façon personnalisé est utopique pour certaines maisons d’éditions (de la même façon que les RH ne prennent plus le temps d’expliquer pourquoi vous ne convenez pas pour un job) mais je trouve cela vraiment dommage.
    Du coup, j’aurais un conseil supplémentaire à ceux qui ne reçoivent pas une lettre générique (surtout s’il y a un peu de positif dans le refus), c’est de s’accrocher à cette maison d’édition, peut-être pas avec le même manuscrit. Avec un peu de chance, le prochain sera le bon avec cette maison qui a fait l’effort d’un peu de relationnel…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s