Blogs, SP et piratages

Y a-t-il encore de la vie par ici ? Il faut dire que mon dernier article remonte à… novembre ? Aïe ! Vous vous en doutez, j’ai eu peu de temps pour m’occuper du blog, et à force de remettre à plus tard, j’ai fini par ne plus poster du tout.
Aujourd’hui je reviens avec un coup de gueule sur un sujet sensible : les services presse proposés aux blogueurs.

En mai dernier est paru Le Chasseur de Sorcières chez Flammèche. Comme à chaque publication, le livre a été proposé en format numérique à une poignée de blogueurs. Suite à la proposition sur FB, cinq ou six exemplaires ont été envoyés en échange de chroniques. Ce qui fait cinq ou six suspects.

Suspects de quoi, me demanderez-vous ?

Début juin, je google tranquillement, histoire de voir s’il y a de nouvelles chroniques, lorsque je tombe sur un site de téléchargement.

Mon livre. En téléchargement. Le choc !

Ce piratage ne peut venir que d’un blogueur puisque la version e-book n’est pas encore proposée à la vente, et que je doute que quelqu’un se soit amusé à décortiquer un exemplaire papier pour en scanner les pages une à une. (Remarquez, c’est possible, hein. M’enfin bon…)

Ce qui fâche vraiment, c’est de constater que le problème du piratage des services-presse est quelque chose de courant. Un jour sur Calaméo, j’étais tombé sur le compte d’une nana qui partageait ses livres, petites et grandes maisons confondues. Certains exemplaires présentaient encore les traits de coupe, signe que le fichier venait directement de l’éditeur (Rebelle éditions, je crois).

Plus récemment, Florence Cochet, dont l’épisode fraîchement paru de Premier sang (éd Laska) venait d’être piraté, poussait un coup de gueule sur son blog et les réseaux sociaux. Et pour cause, elle s’apercevait de « l’indélicatesse » moins de 24h après la publication de l’ouvrage ! Sachant qu’en général il faut du temps pour qu’on s’aperçoive d’un piratage, il n’est pas impossible que le fichier ait été partagé plusieurs jours plut tôt, et que donc, il provienne d’un SP. (Certes, rien ne le prouve, et c’est peut-être de la parano de ma part.)

En tout cas, nouveau rebondissement aujourd’hui sur la page FB de Callie JDeroy : l’auteur pousse un coup de gueule suite au partage sauvage d’une chroniqueuse.

Je dois avouer que tout ça me laisse sur les fesses. Parce que partager un livre que l’on a acheté, c’est une chose. Partager un livre qu’un éditeur nous a OFFERT en toute confiance, c’est vraiment se foutre de la gueule de monde puissance 1000.

Je suis sidérée que certains se permettent de faire ça en toute impunité. La chroniqueuse qui a partagé le roman de Callie JDeroy l’a fait avec son propre compte FB, comme si elle ne risquait rien juridiquement. Alors oui, personne n’a jamais porté plainte jusqu’à présent, mais ça va faire tout drôle à la personne sur qui ça tombera. (Parce qu’un jour, ça tombera, lorsque les éditeurs et les auteurs commenceront à en avoir marre.)

En attendant, ce genre de comportement ne va pas améliorer les relations entre blogueurs et maisons d’édition. Entre ceux qui considèrent que les SP leur sont dûs, ceux qui revendent leurs livres d’occas’, et maintenant ceux qui partagent massivement leurs fichiers numériques… Que doit-on faire pour protéger notre maison et nos ouvrages ? Arrêter tout simplement les SP ? Ce serait extrême, tout de même.

N’oubliez pas que le partage sauvage tue la création. Un livre, c’est des heures, des semaines, et des mois de travail cumulés, aussi bien du côté de l’auteur que de celui de l’éditeur. Les auteurs et petits éditeurs que je connais ne font pas ça pour l’argent mais bien par passion. Personnellement, quand j’ai un coup de cafard face aux chiffres, je repense aux salons et aux petits mots des lecteurs pour me remonter le moral.

Je ne vais pas mentir, à une époque (lorsque j’étais étudiante à me serrer la ceinture chaque mois), je téléchargeais des livres. Je sais comment ça marche : on essaye des ouvrages qu’on n’aurait peut-être pas achetés en librairie, ce qui permet de belles découvertes. Mais à côté de ça, il y a aussi plein d’autres bouquins sur lesquels on saute parce qu’on voulait les lire et que les avoir gratuits, c’est tellement mieux. Je ne suis pas fière d’avoir cédé à la facilité, surtout maintenant que je suis « de l’autre côté ».

Si vous avez la possibilité de télécharger un livre, pensez aux auteurs qui ne touchent trois fois rien, et aux petites maisons qui luttent pour se maintenir la tête hors de l’eau. Si vous voulez maintenir la diversité littéraire, ne cédez pas, achetez !

Publicités

4 réflexions sur “Blogs, SP et piratages

  1. Je , enfin toutes l’équipe de Même les sorcières lisent, trouve que ce genre de comportement n’est absolument pas respectueux ni envers les auteurs, ni envers les maisons d’éditions. Je n’admet pas ce genre de comportement surtout que cela discrédite les blogueurs qui respectent le fonctionnement des SP. Malheureusement tout le monde ne pense pas comme ça 😦 Je comprend le coup de gueule.
    Soit dit en passant Le chasseur de sorcière fut une belle découverte. 😉
    Bonne continuation.
    *Marie*

  2. En tant que blogueuse cela ne me viendrait même pas à l’esprit de mettre en partage ces SP. Les maisons d’éditions ont la gentillesse de nous les faire parvenir et nous font confiance. Il ne faut pas que certains vilains petits canards viennent tout gâcher.

  3. Je suis entièrement d’accord avec ton article.
    Je viens, moi-même, d’être aussi victime de ce piratage illégal. Ça fait mal, quand on pense à tout le travail fourni…
    Comme tu dis, un jour quelqu’un portera plainte, et je prie pour un effet boule de neige!
    Que quelqu’un ait le courage de « jeter la première pierre » et érigeons un mur contre ces… gens…

    Bon courage à toi,
    Delphine Wysocki

  4. Je suis totalement d’accord avec ce post ! En tant que bloggueuse et youtubeuse, je suis navrée de voir autant de livres en format numérique qui circulent sur internet. Je reçois des SP et il ne me viendrait pas à l’idée de le partager d’une quelconque façon…

    C’est irrespectieux vis à vis des éditeurs et des auteurs… des mois de travail qui ne sont pas valorisés à leur juste valeur !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s