Transformer son blog en livre

Surprise ce matin, en tombant sur un article de Sud-Ouest qui met en avant le site fraichement lancé par une bordelaise : blookup.com.

Ce site consiste donc à transformer son blog en livre. Comme le dis l’article, au moins ça montre que l’intérêt pour le livre papier est toujours réellement là. Il me semble avoir déjà entendu parler de ce concept venu États-Unis, mais je n’y avais jamais vraiment prêté attention.

L’idée est intéressante. Mais peut-elle toucher tous les blogueurs ? A mon avis, le public dépendra certainement des types de blogs tenus. Par exemple, pour des blogs de cuisine, oui, c’est intéressant. Pour des auteurs qui publient leurs textes sur leur blog également, encore que cette plateforme ne puisse pas remplacer l’édition classique : ce ne serait que de l’autoédition, même si le site propose une boutique en ligne.

Autre point : un blog, c’est toujours en mouvement. Et un livre ne peut se mettre à jour, à moins d’en publier 15 000 versions différentes. Il n’est donc pas non plus intéressant de créer un livre de son blog si celui-ci est en pleine activité. Mieux vaut attendre la fin de sa vie, lorsqu’on sent qu’on n’a plus vraiment envie de s’en occuper, pour garder un souvenir avant que l’hébergeur ne décide de le supprimer à cause de son inactivité.

D’ailleurs, tiens, c’est peut-être ce que je ferais un jour. Et vous, cela vous intéresserait ou pas du tout ?

Publicités

Calaméo – publication en ligne

L’appel à texte de l’asso est clos depuis deux jours. Je dois finir de tout préparer avant de l’envoyer aux lecteurs, mais évidemment, je ne trouve rien de mieux à faire que de glander à la place…

En l’occurrence, j’ai repris les trois premiers chapitres du torchon non corrigé que j’ai écris lors du NaNoWriMo pour tester un site de publication en ligne, Calaméo. Le principe : on envoie un fichier texte et le site vous le convertie en « livre flash », que l’on peut feuilleter à loisir.

L’avantage, c’est surtout qu’il y a beaucoup d’options qui permettent de sécuriser le fichier, comme une URL sécurisée et même une liste Créative Commons !

Pour publier un webzine ou un extrait de texte en ligne, c’est l’idéal. D’ailleurs, j’ai découvert ce site par le biais d’un éditeur qui s’en sert pour « appâter le client » en mettant en ligne le premier chapitre de ses publications. Voilà une bonne idée pour la promo du projet de l’asso… 🙂

Votre bibliothèque virtuelle


Il y a un certain temps déjà, une amie canadienne m’a fait découvrir sur Facebook une application appelée BookTraker qui permettait de faire savoir quels étaient nos livres à lire, en cours de lecture ou déjà lus. J’ai particulièrement aimé le principe et me suis longtemps demandé s’il existait un site francophone qui permettait de créer sa propre bibliothèque virtuelle.

Hier, par le plus grand des hasards, je suis le site que je cherchais sans vraiment le chercher ; il s’appelle Booknode.

Une fois inscrit, vous pouvez chercher les livres figurant dans la base de données pour les insérer dans votre bibliothèque virtuelle. Plusieurs "étagères" sont à votre disposition : Diamant, Or, Argent, Bronze, Pile à Lire, Mes envies, J’ai lu aussi et Je n’ai pas apprécié… Ca fait beaucoup de catégories, mais ça aide pas mal quand on en a beaucoup. Mieux, vous pouvez noter et commenter chaque livre.

Les seuls petits défauts que j’ai trouvés pour l’instant : il ne faut pas trop compter sur le site si on cherche à se mettre quelque chose sous la dent, il n’y a pas vraiment de système de recherche. Ou, en tout cas, disons que le système de mot clé rattaché à chaque ouvrage n’est pas optimal. Et surtout, ce site est envahi d’ados fans de "bit-lit" (je savais même pas que ce mot existait… c’est moche, hein ?) Du coup, les tops comptent essentiellement des histoires de vampires et sur le forum tout tourne autour de Twilight et de Journal d’un vampire…

Ma bibliothèque perso (Encore très incomplète^^)

Note :

Annuaire du marché de l’édition

En feuilletant le catalogue du Salon du livre 2011, je suis tombée sur une pub pour un site internet référençant les maisons d’éditions. Trouvant l’idée excellente, je suis donc allée y faire un tour.

Ce fut une déception. De nombreuses maisons sont déjà référencées, ce n’est pas ça le problème. Le gros soucis, c’est la recherche. Une simple champ propose de chercher par nom, secteur, ou région. Sauf que ce n’est pas très efficace : je tape « Bordeaux » ou « Aquitaine », les résultats s’affichant sont loin d’être complet.
Seule autre solution : afficher la liste complète et fouiller dedans. Mais là encore, ce n’est pas pratique du tout ; on ne peut avancer que de deux pages à chaque fois.
Enfin, dernier point qui n’est vraiment pas pratique : dans le liste des maisons, il est rare que leur spécialité ou leur ligne éditoriale soit précisé. Ainsi, pour des auteurs qui seraient en recherche, à moins d’avoir déjà ciblé les maisons, cet annuaire n’est vraiment pas un outil idéal.

Adresse :
http://www.annuaire-marche-edition.com/

Note :

Challenge : les Nuits de l’Écriture


"Écrire ou dormir, il faut choisir", annonce fièrement la bannière. Voilà qui annonce la couleur.

Le forum "10 000 words a night" (ou Nuits de l’écriture) propose une activité conviviale à tous les auteurs en herbe. Le défi : écrire 10 000 mots en 21h30 à 4h du matin au cours de certaines nuits fixées à l’avance.

Je n’ai pour ma part pu participer qu’à une seule Nuit depuis mon inscription, et j’avouerai que je n’ai pas tenu jusqu’au bout. Tout de même le challenge est intéressant, même sans essayer d’atteindre les 10 000 mots – parce que tout même, il faut bien le dire, c’est franchement énorme, surtout si on aime prendre son temps à bien imaginer les scènes et reformuler les phrases.

Prochaines dates pour participer :
Vendredi 15 avril

Samedi 16 avril

Il s’agit de Mi-Nuits, c’est à dire qu’elles ne se termineront pas à 4h, mais vers minuit/une heure. Sauf si bien sûr vous êtes très inspiré… A vos claviers et bonnes chances à ceux qui tenterons l’aventure. 🙂